Par Josée Durocher

Bien sûr, il est drôle, mais au-delà de tout ce qu’il peut être comique, j’ai découvert en Stéphane Fallu, humoriste, un homme charmant pour qui la vie est somme toute magnifique. C’est, du moins, ce que j’ai conclu de l’entrevue qu’il m’a accordée cette semaine.

Stéphane, c’est le gars qui est bien quand tout le monde qu’il aime est bien aussi. Mais attention! Il doit être bien également. Il ne faut pas croire qu’il s’efface pour tout le monde. Au contraire! Il sait prendre soin de lui notre Fallu, et c’est tout à son honneur puisque tellement de gens ne s’aiment pas suffisamment pour le faire!

Le confinement en famille

Avec ses nombreuses apparitions au très populaire WIFI Comédie Club organisé de main de maître par son ami et collègue humoriste, Phil Roy et ses acolytes, il s’amuse ferme. « Dans le spectacle de Phil, on est un peu plus imbéciles qu’à la télé. Je m’amuse beaucoup. Il y a certaines normes, et là je fais ce qui me tente. » 

Il trouve aussi le temps de tourner Les Fallu avec sa famille. Il s’agit de capsules vidéo qu’il partage avec joie sur sa page Facebook. Avec ses enfants qui font la gueule de temps en temps, sa conjointe qui ne raffole pas de la caméra et lui-même, Stéphane et sa famille nous font apprécier les petites joies du confinement. 

Je rigole chaque fois que je visionne une de ces fameuses capsules et je trouve la petite famille de Stéphane des plus attachantes! « Eux ils ont du fun à faire ça… je trouve ça vraiment cool! Je suis content de pouvoir faire ça avec eux!

Il y a décidément de la joie à qui veut en trouver dans cette pandémie! Allez donc lui demander si tout est noir présentement dans sa vie! Il vous répondra sûrement que non puisqu’il a beaucoup de projets en tête et surtout parce qu’il ne se prend pas la tête.

Anxiété et méditation

Il me dit se sentir très zen actuellement, et je le crois. Tout en lui me dit qu’il l’est et là aussi, je ne peux que l’admirer puisque lâcher prise sur ce que nous ne contrôlons pas n’est pas l’affaire de tous, croyez-moi (rires)! Il m’explique : « Je suis, je dois l’avouer, un peu déconnecté c’est temps-ci… là, je me dis que je ne peux rien changer à la situation. »

Il enchaîne en me parlant d’anxiété : « J’ai fait de l’anxiété. Même si les gens me connaissent comme quelqu’un de toujours souriant, durant les quatre ou cinq dernières années, j’ai commencé à en faire et je l’ai vécu en tournée. J’essaie toujours de focusser sur ce qui est positif… maintenant, je médite plus… Il ne faut pas oublier que je suis une personne un peu timide. Là, je fais mes trucs à mon rythme. »

Refuge animal

Lui qui est à la barre de l’émission aimée de tous, Refuge animal, ne sait pas encore si, malgré le fait que ce succès télévisuel n’ait qu’une équipe restreinte, l’émission reviendra pour une nouvelle saison. Mais je comprends bien à l’entendre m’en parler, qu’il adorerait ça.

« Si l’on recommence, on va explorer davantage la vie avec l’animal, je crois… j’aimerais ça davantage accompagner les animaux ». Il me parle alors des expériences vécues au sein de l’émission.

Il m’émeut lorsqu’il me raconte ces fois où il a apprivoisé certaines bêtes. Il conclut en me lançant un « c’est pour la vie un animal! » comme un cri du cœur qui se fait de plus en plus entendre grâce à lui.

L’après-confinement

Je le questionne alors sur son spectacle Pus d’signal. « C’est mon spectacle le plus expérimental. Je travaille avec une équipe réduite, je l’ai écrit seul, et il n’y a pas de mise en scène. Aussi, je ne le donnais pas dans le circuit habituel… des petites salles et j’étais bien là-dedans. »

Stéphane m’explique qu’il ne croit pas aux spectacles seulement en mode virtuel. « On doit avoir un contact avec le public. L’interprétation, la provocation… c’est tellement difficile à transmettre avec une caméra! Je crois que ça va reprendre. Le plaisir de nous regrouper ne nous quittera pas. L’être humain en a besoin! Sauf qu’il y aura du changement, mais le changement peut souvent être positif! »

Que puis-je lui souhaiter?

« De la santé pour mes proches! Que le monde autour de moi aille bien », me précise-t-il. Je ne peux donc m’empêcher de lui demander s’il a l’habitude de faire passer les autres avant lui-même. « Oui, quand le monde est heureux, je suis heureux, mais je peux être très intransigeant quand les gens ne sont pas altruistes! »

Stéphane Fallu est un être que j’ai apprécié dès notre premier contact. En plus d’être sympathique, intelligent, drôle, sensé et sensible, il est drôlement attachant.

En attendant la reprise de son spectacle, je vous invite à suivre ses péripéties sur le Web en vous abonnant à sa page professionnelle Facebook en cliquant ici! Et, de mon côté, je ne peux qu’espérer discuter avec lui encore une fois… voire de nombreuses fois parce qu’il est, sans contredit, un coup de cœur assuré!

Allez sur notre page d’accueil et voyez notre collecte de fonds pour le service Mot à Mot.  Vous pouvez aider à faire une réelle différence!